Partagez | 
 

 Cabane esseulée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eden
avatar

RP : 1
 
: 0
 
Masculin   85kg   1m89
 
Je suis plutôt athlétique et musclé. Actuellement, j'ai un brin un air de dealer, je le reconnais.
 
Sans contrefaçon, je suis un muté !
 
Je suis thérianthrope unique (chien-loup). J'ai un visuel important et des inscriptions particulière marquent mon corps.
 
J suis un membre influent du NOUVEL AIR.
 
Je suis omnivore.
 
Actuellement, je travaille pour @Atila et je suis   gaucher   J'aime boire et fumer, je le reconnais.
 

MessageSujet: Cabane esseulée   Mar 10 Jan 2017, 22:13
Bien que les jours se suivaient et se ressemblaient assez, Eden n’était pas convaincu par l’hiver approchant et les chances de survies des plus faibles. Cette pensée l’avait occupé dès l’automne, en particuliers envers les êtres pour qu’il éprouvait un semblant d’affection et qu’il ne comptait pas perdre : alors qu’ils les avaient retrouvés. Eden n’avait pas la moindre idée de comment la situation irait pour les semaines à venir, surtout avec le changement de politique au village, mais il faisait le gars détaché, assuré que la situation irait bien.
Il regarda avec inquiétude la cabane qu’il quittait, s’assurant que celui qui y logeait n’allait pas l’ouvrir en cachette pour faire un tour en forêt bien qu’Eden ai attendu son sommeil pour la quitter. Après quelques minutes de surveillance, il se fraya un chemin dans la forêt. Il avait faim, terriblement faim et il lui fallait trouver de la nourriture. Quelles soient organiques ou végétales lui importait peu. C’était sa survie qui primait.

Il chercha des traces, dans la neige boueuse, d’humains ou d’animaux. Cherchant une proie, à tuer ou dévaliser. Il avait des bouches à nourrir et avait assimilé le dicton : la fin justifie les moyens. Dans le cas présent : la faim. Sa faim, c’était cette boule criarde dans son estomac qui ne gargouillait quasiment plus, tellement qu’il était habitué à ne pas être rassasié. C’était des rêves d’hamburger, de soja, de plantation, de nourriture d’autrefois. Des fruits et des légumes, de toutes les saisons, facile à trouver.

Le meurtre était rangé dans un casier de son cerveau, la survie dans un autre. La survie était prioritaire, alors il ne consultait jamais le premier dossier. Il essayait de ne pas savoir le prix que sa propre vie coutait sur son âme, sur son humanité. Ou du moins, sans doute, ce qu’il en restait. Tentant de se rassurer, tantôt par la possibilité que c’était ainsi que les premiers hommes survivaient, tantôt en se disant que c’était une situation temporairement, parfois en se disant que c’était toujours préférable à la mort de ceux qu’il aimait.

La mort, c’était sans doute ce que son ami avait pensé dès le premier jour. Plusieurs heures passèrent, sans qu’il ne puisse trouver ni viande, ni herbe, ni même un petit insecte à se mettre sur la dent. Le froid avait fait fuir la plupart des créatures. Eden n’était pas certain de pouvoir les trouver. Il valait mieux rentrer que gaspiller son énergie et sa patience.

Il arriva près de la cabane, rentra, et remarqua immédiatement qu’elle était vide. Sur le sol, une bâche, un matelas et une couverture vide. La forme encore visible d’une personne endormie. Au-dessus de lui, Eden entendit le ciel qui vrombissait. Il allait pleuvoir. Il se devait de rester dans la cabane.

Des gouttes glacées se mirent à tomber, des petites grêles, perçantes et destructrices. Le ciel s’assombrissait. Eden grogna, claqua la porte de la cabane et se mit à traquer la moindre trace. Espérant que c’était la bonne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dsteacg.jdrforum.com/
 

Cabane esseulée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dsteacg-RPG :: Zone RP :: Zones sauvages :: Zone 92-