Partagez | 
 

 Le train train quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
G-265
avatar

RP : 1
 
: 0
 
Masculin   ~65   ~1m75
 
On me qualifie d'éphèbe.
 
Je suis Humanoïde
 
qui est empathique, capable de ressentir les émotions et transférer mon énergie chez les autres. (bien que je n'ai jamais essayé avec un humain.)
 
Je suis le bras droit du roi des Métaphyses.
 
Je m'alimente d'énergie solaire.
 
Quand je ne glande pas, je bosse pour le roi. Je suis   ambidextre   et totalement accro aux produits que je fabrique.
 

MessageSujet: Le train train quotidien    Mar 03 Jan 2017, 01:38
Mission à la con ! De toute façon, avec l’autre crétin de G, il y avait peu de chance qu’il en soit autrement. Encore que, je ne sais pas pourquoi, il disparaît sans raison et réapparait en me demandant d’aller vérifier les installations pouvant servir d’abris aux potentiels humains se réveillant. Il n’a toujours pas assimilé que quoiqu’il arrive, ils vont tous crever. Il ne faut pas se leurrer. Comment des êtres qui ont toujours vécu dans la facilité pourraient parvenir à survivre ici ? Il suffisait de regarder l’instabilité politique du village pour s’en rendre compte. Quoique, je ne devrai pas trop cracher dessus : c’était le cas de tous les camps. Entre notre chef trop altruisme, leur chef trop carrière et le chef des mutants trop cruel, on était bien parti pour les hostilités. Je ne sais même pas si je suis pour ou contre. Je sais juste que je m’en branle.

Je me souviens de cette gare, du temps de l’Ancien Monde. Il y avait des télé-porteurs, des trains et des métros. Les cafés étaient toujours bondés, de la première heure du matin à la dernière du soir. Elle ne fermait jamais. Il y avait toujours du bruit, des cris, des enfants et des adultes. Le pire, c’était entre les vacances scolaires. Tous les enfants arrivaient de l’école mondiale et attendaient, nombreux dans leurs uniformes, cherchant des yeux des parents qu’ils ne voyaient que tous les six mois.
Pour leurs arrivées, la gare était décorée aux couleurs du Monde et l’hymne Mondiale tournait en boucle. J’ai toujours haït cette chanson. Elle me donnait des hauts de cœur, autant qu’un humanoïde est capable d’en ressentir. Le dégout, je comprends ce que c’est. Les hommes me dégoutaient. Moins que l’hymne toutefois.

J’avais croisé tantôt une patrouille d’humanoïdes. Ils avaient repéré des pilleurs dans le secteur sud de notre zone et préparaient un plan pour leur tomber dessus. Je n’avais pas la moindre idée de comment G réagirait face à eux. Il était en général magnanime, mais s’il continuait : on risquait de se faire bouffer notre territoire.

Quoiqu’il en soit, j’étais dans la gare, où les plantes avaient tout transformé en une serre. A cause du froid, des oiseaux s’étaient réfugiés là, ainsi que de nombreux autres animaux. J’espère que je ne tomberai pas sur une créature venue tout droit de l’enfer. Surtout que je n’avais pas à cœur de me battre contre une de ses créatures effrayantes peuplant la terre.

J’entendis un bruit de verres brisés, en haut d’un étage, et me mis à monter aisément les marches d’un escalator qui ne fonctionnait plus depuis longtemps. Après un coup d’œil à ma droite, autant qu’à ma gauche, je me décidai à continuer mon inspection. J’étais à la recherche de ressources, d’humanoïdes éteints, d’humains perdus ou d’âmes vivantes – voir de pièces détachées. Pour les humains, leurs morts ne servent pas à grand-chose. Pour nous, ils constituent la survie de ceux qui restent. C’était un brin cruel, mais nous survivions grâce à eux ! Et nous leurs rendions hommage grâce à ça.

J’entrai dans une bijouterie, où la plupart des bijoux étaient encore à leurs places. Ce genre de choses n’attirait pas les voleurs d’aujourd’hui. Après avoir fait le tour du comptoir, je me mis à fouiller.

Je ne tardais pas à trouver une bouteille d’un alcool : absinthe. J’aurai aimé pouvoir me saouler, mais ce genre de chose n’avait aucun effet sur moi. L’alcool pour l’humanoïde que j’étais, c’était un peu comme du coca pour les êtres humains. Un excitant, pas très bon pour mes circuits, mais ne provoquant pas d’état d’éphorie ou d’ébriété.
Dommage que je ne sois pas tombée sur un bon petit disjoncteur, j’aurai pu me faire plaisir. Surtout que la tempête de neige reprenait au-dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dsteacg.jdrforum.com/t63-g-265-humanoide
 

Le train train quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dsteacg-RPG :: Zone RP :: Metazone :: Gare de Lyon-