Partagez | 
 

 L'histoire vue par un citoyen ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Créatrice
avatar
Admin
RP : 0
 
: 0
 

MessageSujet: L'histoire vue par un citoyen ordinaire   Sam 26 Nov 2016, 17:55
Nous vivons en paix. Heureux et protégés par les anciens. L'argent n'existe plus depuis de nombreuses années. Même si le monde entier parle traditionnellement plusieurs langues, nous comprenons tous le français - langue tirée au sort pour être la langue internationale. 
Je n'ai pas connu la terminale guerre mondiale, celle qui eu lieu après la première et la deuxième. Elle fut nommée terminale pour qu'on n'oublie pas les conséquences désastreuses qu'elle provoqua. Morts, famines, maladies, le monde était devenu un néant. 

Les peuples se sont alliés, ralliés et des voix se sont soulevées. A la suite de ça, le monde international à immerger. Certains étaient septiques et y voyaient une folie rêveuse. 

L'utopie devint réaliste. Les hommes s'unirent pour protéger la terre, trouver de nouvelles ressources, permettre une meilleure répartition de nos richesses et de nos biens. Dès la naissance, nous avions les mêmes droits. Nous pouvions choisir nos études et nos métiers. 

Nous allions à l'école de nos trois à nos dix-huit ans, dans les internats internationaux. Nous pouvions rentrer voir nos parents pendant les vacances.

Après nos études, toutes les personnes le pouvant devaient travailler trois heures par jours au minimum. L'argent cessa d'exister. Nous obtenions des avantages en fonction de la difficulté de notre travail et du temps qu'on y consacrait. 

La robotique se développa à grande vitesse. Rapidement, elle fut à l'image de l'homme, capable de penser et d'évoluer.

La conquête de l'espace fit des avancées considérables, nous pouvions faire évoluer des cultures sous serre dans d'autres planètes. Nous allions de plus en plus loin, de plus en plus vite. 

Nos sciences évoluèrent. Les maladies étaient quasiment inexistantes, la longévité nous rendait quasiment immortel, nos corps étaient sains et toutes les maladies quasiment joignables. 

La nature était préservée, les espèces modérées, on cessa de manger de la viande, du poisson et d'utiliser des animaux. Nous étions tous végétariens et nos anciens animaux vivaient dans des réserves de protection. 

Des années et des années passèrent. Nos préoccupations changèrent : l'art, la musique, les voyages, la sauvegarde de la planète, notre apparence physique également, ... Les besoins vitaux nous étaient inconnus. Manger, boire, dormir n'avaient jamais été une préoccupation que pour les quelques survivalistes vivants dans le désert.

En dehors de l'interdiction de violence, de meurtre, de vols et l'obligation de travailler 1000 heures par années, nous n'avions que la limite du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dsteacg.jdrforum.com
Créatrice
avatar
Admin
RP : 0
 
: 0
 

MessageSujet: Re: L'histoire vue par un citoyen ordinaire   Sam 26 Nov 2016, 20:19
Les flashs d'informations étaient fréquents à l'époque de leurs créations, quelques vingtaine d'années après la Guerre Terminale. A mon époque, ils étaient beaucoup plus rares. J'avais cinq ans quand je vis le premier. 

J'étais dans le salon du loft habité par mes parents à new-york. Ils étaient en discussion sur notre futur déménagement. Ma mère aurait voulu aller vivre à Paris, là où elle vivait autrefois avant la rencontre avec mon père. Toutefois, il y avait une liste d'attente de 200 564 familles avant. Ma mère s'était finalement résolue à aller vivre dans une ville à coté, au grand soulagement de mon père : depuis que les télé-porteurs existaient (il y a de ça 30 ans), il n'avait guère envie de vivre dans une ville à la population importante. 

La conversation taquine et joyeuse sur la lubie parisienne de ma mère s'arrêta quand l'écran de notre téléviseur éteint s'alluma. Il clignota en des flashs colorés. Une sirène bruyante s'entendit dans toute la pièce, le parquet de la pièce vibra légèrement. 

Puis, tout s'arrêta et l'écran s'arrêta sur une pièce blanche avec un bureau marron. Ce qui me marqua particulièrement fut l'aquarium avec un poisson orange qui s'y trouvait. Un homme âgé apparu à l'écran et marchant calmement, il vint s'installer au bureau. Il s'assit sur la chaise. 

Même à cinq ans, je le connaissais : c'était le Président International. Il dirigeait avec le conseil des Anciens notre monde. L'homme pris un papier entre ses mains et déclara : 

"Citoyens, Citoyennes, 
Nos scientifiques ont repéré une activité anormale au niveau de notre astre solaire. Après une vérification minutieuse et des analyses longues, ils sont arrivés à le conclusion qu'une détérioration de sa composition entraînait son extinction. 
Notre préoccupation première est qu'en disparaissant, l'astre solaire provoquera une explosion dont la terre ne pourra ressortir indemne. 

Afin de préserver l'espèce humaine, nos scientifiques travaillent sur des solutions viables. La plus envisagée est la découverte d'une planète habitable ou pouvant être aménagé.

Le délai de cette détérioration est de dix ans. Nous demandons à la population de ne pas se reproduire et de commencer le protocole du survivabilité."

Mes parents se regardèrent inquiets. Je connaissais le protocole du survivabilité de nom. Souvent, mes grands-parents l'employaient avec humour : "Arrête de faire des bêtises, où on devra provoquer le protocole de survivabilité pour te supporter"

Ce protocole consistait en des injections régulières d'un produit dans nos veines. Selon mes parents, ils servaient à préparer notre corps à être cryogénisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dsteacg.jdrforum.com
Créatrice
avatar
Admin
RP : 0
 
: 0
 

MessageSujet: Re: L'histoire vue par un citoyen ordinaire   Sam 26 Nov 2016, 20:32
Le second flash d'information eu lieu à mes dix-sept ans. A l'époque, nous étions obligé de porter des tenues de protection contre le soleil et des lunettes de soleil. Les sorties entre onze et quatorze heures étaient déconseillées car de nombreuses personnes avaient été brulé. Je préparai mon diplôme d'infirmière dans ma chambre d'étudiante quand le téléviseur s'alluma.

Cette fois-ci, le Président Internationale nous annonça d'une voix grave : 

"Nos tentatives pour rendre des planètes viables s'étant avérées vaines, nos scientifiques ont élaboré une protection pour notre planète. Cette protection lui permettra de s'éteindre dans une hibernation longue. 
Pendant cette hibernation, notre planète sera transporté à égal distance d'un nouveau soleil localisé comme présentant les mêmes caractéristiques que notre soleil."

Une liste du plan de sauvegarde de la planète fut diffusée sur le net. Nous pouvions ainsi voir que des animaux de chaque espèce seraient capturées et endormies dans des lieux nommées "les arches", séparés pour ne pas s'entretuer à leurs réveils. 
Les plantes subiraient un endormissement sous terre. Elles seraient réactivées avant nous pour leurs permettre de prospérer et de rendre l'air respirable. 

Des détecteurs nous réactiveraient quand l'oxygène serait jugée viable. 
Pour une meilleure protection, des détecteurs furent également installés chez les espèces animales. Ces dernières seraient réveillées après les plantes et en cas de viabilité d'une année, les humains se réveilleraient à leurs tours.  

D'autres prescriptions étaient notés, comme les lieux de stockages pour nous les humains. Il fut décider de nous regrouper par tranche âge et d'utilité. Ainsi les hommes politiques, les scientifiques et les ingénieurs en fonction seraient les premiers à se réveiller. Viendrait ensuite le tour des adultes actifs, des jeunes adultes étudiants pouvant aider, des adolescents, des vieux et des enfants. 

Le procédé de réveil étant plus difficile pour les corps fragilisés des personnes âgées et des plus jeunes, leurs réveils furent décider en dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dsteacg.jdrforum.com
Créatrice
avatar
Admin
RP : 0
 
: 0
 

MessageSujet: Re: L'histoire vue par un citoyen ordinaire   Sam 26 Nov 2016, 20:44
J'ouvre les yeux. Il fait nuit. J'ai mal, respirer me brûle les poumons. Je détache les câbles à mes poignets. Près de moi, il y a un robot de préservation. Il me fixe, incapable de bouger, je lui parle. Il ne bouge pas. La poussière a rempli la pièce. Étrange, ils auraient du nettoyé. Est-ce qu'il a pu se décharger ? Ce n'était techniquement pas possible, selon les prescriptions. 

Je regarde autour de moi, essaye de marcher faiblement. Mes jambes semblent avoir du mal à me porter. Pourtant, les robot auraient du m'injecter de quoi me permettre d'être aplomb dès que mes paupières ont clignoté. 

Autour de moi, des plantes ont poussé, à l'intérieur même des bâtiments. Un téléviseur clignote de multiples couleurs, sans qu'aucun flash ne démarre. Je marche jusqu'à la porte. Elle devrait s'ouvrir automatique. Elle ne le fait pas. Je pousse la poignée de secours et je rentre dans le couloir. 

Je pénétré dans un couloir, d'autres couloirs. Je rentre dans une pièce. Et pousse un cri de frayeur. 

Un squelette s'y trouve, amas de poussières en décomposition. Je me rapproche et retire un cahier de ses doigts. Je tourne les pages fragiles. Certaines sont illisibles. 

"Nous avons fait ce que nous avons pu. Nous nous sommes réveillé. En retard. Je ne sais pas ce qui s'est passé." 

"Nous sommes bien à destination. Nous pouvons respirer. Les créatures vivent ici depuis de milliers d'années, les plantes, les animaux, tout a vécu sans nous. Nous avons retrouvé le corps des scientifiques. Ils ont tenté de nous préserver. Ce fut impossible. Ils ont regroupé les corps encore viables dans cet institut pour les maintenir en vie. NOUS maintenir en vie."

"Des météores de la taille d'une planète aurait manqué de la heurter pendant ce voyage. Ces météores auraient provoqués un changement d'itinéraire et la destruction de notre objectif étoile premier. Ils auraient heurté une partie de nos continents." 

"Les robots auraient réactivés d'eux-même le protocole de survie en enclenchant un nouvel objectif. Une autre étoile." 

"Ils se seraient vidés petits à petits d'épuisement pour nous maintenir en vie."

"Certains ont survécu."

"Ils ont aidé les politiques et scientifiques à leurs réveils."

"Mon dieu, cette créature ... C'était quoi ? C'était quoi ?" 

"J'ai 234 ans, je ne me sens plus capable de vivre seul ici. Personne ne semble se réveiller. Chaque corps vide dans sa pièce me rappelle mon inexistence."

"Adieu."

Je marche dans la neige. Il fait froid. Suis-je condamnée à être la dernière survivante de l'espèce humaine ? Je tombe sur le sol froid. Je reste là, je sens mon corps s'endormir. Soudain, j'entends un cri. Un appel à l'aide. Trop tard, pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dsteacg.jdrforum.com
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'histoire vue par un citoyen ordinaire   
Revenir en haut Aller en bas
 

L'histoire vue par un citoyen ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dsteacg-RPG :: Registre  :: Base de données :: Écrits oubliés-